Poignarder ses adversaires

Publié le par Blue Bottle

Par Blue Bottle

triste.jpgPour se débarrasser de ses concurrents, il faut découvrir leur point faible et toujours viser là où ça fait mal. C’est en tout cas la théorie que j’applique au quotidien. Je vous ai déjà parlé de Jack mon mortel rival ici.

Petit résumé des épisodes précédents : Jack occupe un poste similaire au mien, et bien que cela m’arrache la barbe de l’avouer, il travaille plus que bien. Ce couillon a été s’enticher cet été avec une de mes stagiaires retournées depuis dans sa province contrariant la règle du no zob in job.

Depuis que sa petite amie vit loin de lui, j’ai senti un certain coup de mou chez Jack. Ce bûcheur né, naguère aussi besogneux qu’un tisseur de tapis kirghiz, est moins performant. Soyons clair, il est loin d’être devenu un cancre, mais la fougue d’antan n’y est plus voilà tout ! Il est devenu bien négligent : il part chaque jour avant 18h30 et pousse l’outrecuidance jusqu’à remettre les mêmes boutons de manchettes deux jours de suite… Bref il a jeté l’éponge et ne brigue plus la place de jeune mâle alpha de la société.

J’ai d’ailleurs eu la confirmation que ce couillon était amoureux car il a essayé de planifier en douce un nouveau stage pour sa dulcinée. Malheureusement Blue Bottle était là, tapis dans l’ombre, prêt à suriner quiconque lui offrait ses omoplates. Ce qu’il fit.

Il a d’abord commencé par en faire une discrète demande de stage auprès de la hiérarchie qui était à deux doigts de valider. Il lui fallait finaliser la mission et réserver 5k€ pour le défraiement de sa petite : autant dire que l’affaire était emballée puisque nous prenons chaque année quelqu’un ’pour nous filer un coup de main sur l’analyse de certains dossiers.

C’est alors que votre serviteur entra en action. J’ai alors moi-même proposé et vendu une autre option à nos chers supérieurs : pourquoi ne pas prendre un étudiant en alternance pour suivre un des dossiers chauds en plus de l’assistance quotidienne. Une petite tape dans le dos du boss et trois bises aux secrétaires me permirent de convaincre les autorités.

Après avoir pillé la ligne budgétaire de Jack, je réussis à trouver non sans mal un bout de budget pour compléter les émoluments conséquents de mon stagiaire (12k€ environ.

Privé de mission, de ligne budgétaire et même de bureau, mon petit stratagème sonna le glas des projets de Jack…

C’est l’annonce du verdict, qui me fit le plus plaisir. Je me régalai tant de voir son petit minois se décomposer que j’eus vraiment du mal à contenir mon excitation. Ce genre de petites scènes qui illustrent mon pouvoir naissant ne font qu’accroître ma soif de pouvoir... Décidément qu’il est bon d’écraser son prochain !

Commenter cet article

mairone 04/04/2008 15:33

le comble du perfide eût été que vous vous tapiez, à votre tour l'étudiant en alternance au vuet au su de jack!!!! l'extase.......

Nath 05/02/2008 21:32

Oui mais bon le respect incarné ça suffit pas, faut aussi une tronche qui va bien avec le petit cul adéquat et un doigt de rébellion dans la mèche (muahahahah).
Je garde ton blog sous la main, ça me paraît intéressant toussa !

Destinée 01/02/2008 05:12

BB, tu es vraiment une bête sans coeur!

Pauvre Jack! que je le plains.

Mais bon se taper la stagiaire, ça devrait être interdit dans les conventions salariales! c'est pas très propres tout ça.

Bise.

D.

Blue Bottle 05/02/2008 16:31

Oh Destinée, cela faisait un bail! Je suis également outré que ma stagiaire se soit tapé Jack (et pas moi)! Moi qui suis pourtant le respect incarné!

Black Flame 30/01/2008 01:35

Voilà le genre de petites anecdotes perfides et sordides qui font de moi l'un de vos plus fervent admirateurs.

Mister Sh4me 28/01/2008 12:26

Monsieur Bottle, vous êtes tout simplement génial!!