Conduire bourré à la barbe de la maréchaussée

Publié le par Blue Bottle

Par Blue Bottle

wine.jpgL'art d'être mauvais a toujours promu toutes les formes de vice, et spécialement lorsqu’ils ont un caractère transgressif et promeuvent une défiance vis à vis de notre très chère République. C’est sans doute dû à une résurgence du jeune anarchiste que j’étais. Depuis force est de constater que le jeune arriviste avide de pouvoir a pris les rênes de ma personne.

Je vais donc aujourd'hui vous permettre d'abuser de votre petit pécher mignon : l'alcool. Je ne serai pas l'un de ces vilains moralisateurs qui vous entonne de stopper l'un de ces derniers petits plaisirs autorisés dans ce monde de brute. En plus, les conducteurs qui ont des accidents sont avant tout ceux qui n’ont pas l’habitude de boire, tandis que des études commanditées par les vignerons français prouvent que conduire chaque jour avec 1g dans le sang n’est pas significativement dangereux.
 
Toute l’astuce réside dans les failles des contrôles routier de l'alcoolémie. Vous êtes mûre et prêt à faire exploser le ballon quand un gentil képi à la moustache fièrement dressée vous arrête sur le bas côté. Ne paniquez pas et rassemblez vos maigres esprits et lâchez dédaigneusement un petit « faites votre devoir monsieur l’agent ». Soufflez tranquillement, le premier test est positif, on vous fait alors souffler dans l’éthylotest électronique pour avoir une mesure plus exacte. A la lecture du résultat, acquiescez affablement et exigez que l’on vous raccompagne.

La faille réside dans le matériel utilisé par les autorités. La notice d’utilisation précise bien que le test n'est valable qu’une demi-heure après l’arrêt de la prise d'alcool. Or, le moustachu moyen veut faire du chiffre et cherche à vous faire souffler le plus vite possible, généralement dans les 3 minutes qui suivent l’arrêt du véhicule. Avec une telle rapidité, ils n’ont donc aucun moyen de prouver que vous étiez resté sobre depuis plus de 30 minutes. Un automobiliste « complètement bourré » selon ses dire vient d’ailleurs d’utiliser cette faille créant ainsi une jurisprudence ! Je tiens à saluer l’astucieux avocat maître Jean-Baptiste Losca responsable de ce prodige !

Grâce ce brillant jeune homme et à l’ordure que je suis, vous pourrez désormais user et abuser de votre boisson préférée en toute quiétude. Attention cependant, lorsqu’on vous arrête, ne contestez à aucun moment le verdict de l’appareil car on procéderait à un test sanguin qui est lui infaillible. La contestation peut commencer à partir du lendemain…
C’est sur cette petite technique réjouissante que je vous laisse en retournant à ma bouteille de Saint Em' Grand Cru Classé (GGC pour les intimes) qui flatte fort généreusement mes papilles. En vous remerciant, bonsoir !

Commenter cet article

Mister Sh4me 09/01/2008 10:43

Heuresement que dans ce monde, il éxiste encore des génies :)

Blue Bottle 09/01/2008 13:49

Vous revoilà mister Sh4me, vous me manquiez!

Blue Jam 07/01/2008 21:35

"aucun moyen de prouver que vous étiez resté sobre depuis plus de 30 minutes."
Magnifique !!

Un suisse 07/01/2008 10:44

Tout à fait d'accord avec ces messieurs 1 et 3.

No .... body, no more ! 06/01/2008 19:35

Ben pour être mauvais, vous êtes mauvais, vous ... ;-)
So long!

Blue Bottle 07/01/2008 23:07

L'art d'être mauvais est aussi valable... en orthographe. Que voulez vous, je ne suis rien sans ma secrétaire!

nobody 05/01/2008 21:18

"La contestation peut commencée à partir du lendemain…"

Vous l'avez écrit bourré cet article ?

Blue Bottle 07/01/2008 23:13

Sans doute le GCC ou juste ma fainéantise qui m'interdit de relire mes écrits! Merci pour la correction.