Ma planète, ma bataille !

Publié le par Blue Bottle

Par Blue Bottle
terre.jpg J’aime profondément notre petite planète bleue, elle est si belle ! Je me surprends régulièrement à me promener dans les jardins verdoyants autour de mon domicile et je rêve d’un éventuel retour à la nature où je pourrais enfin prendre sheetah par la main et dévoiler au monde notre amour interdit!
Voilà typiquement le genre de billevesées mièvres et gerbantes que j’ai du subir il y a quelques années, car, oui, je le confesse j’ai été écologiste ! Oh, pas longtemps, je vous rassure. J’étais en quête de moi-même et d’une position sociale avantageuse. Je cherchais un moyen d’être quelqu’un, à me donner une image claire et valorisante.
Je regardais donc une émission très poussée techniquement en direction des ingénieurs : E=M6. Ils présentaient le principe du pot catalytique. Je sentis immédiatement vent porteur qui fleurait l’autorité morale : l’écologie. Je savais qu’il y avait des bonnes place à prendre dans le domaine et j’ai de ce fait traîner dans les lieux écolo de paris, j’ai même milité activement pour Greenpeace et le WWF.

Dans ce genre d’assoc écolo, l’ambiance est généralement bon enfant mais les adhérents sont en réalité des vaches à lait. Ils recevront chaque mois le petit bulletin leur permettant de faire des dons, mais au niveau actions, on leur proposera au mieux de venir placer des lettres dans des enveloppes ou encore de confectionner des colliers de nouilles bio. Toute l’organisation est désormais professionnelle, c’est le sacro-saint salarié qui mène la danse. Comment voulez-vous que je m’y retrouve dans un tel univers ? J’ai bien essayer de m’incruster dans des réunions sur la protection des baleineaux de méditerranée et me la jouer à la Yann Arthus Bertrand mais le buffet était tellement minable (à base de jus de pomme bio et de chips) que je n’ai même pas eu le courage de rester jusqu'à la fin de la présentation.
Les salariés sont eux très fiers de leur travail, ils sont d’ailleurs grassement payés au smic plus 10€ environ pour un cadre moyen et l’adage américain dit vrai :

If you pay peanuts for a job, you’ll just have monkeys to do it.

Pour un jeune loup aux dents longues, ce n’est pas la peine d’espérer quoique ce soit de ce genre d’association. Je les avais surestimées : j’avais fait l’erreur de croire que je pouvais venir tondre tranquillement ces moutons alors qu’ils n’avaient plus de laine sur le dos depuis longtemps !

Commenter cet article

Blue Jam 15/12/2007 00:03

"If you pay peanuts for a job, you’ll just have monkeys to do it."
OK, mais si le monkey veut travailler plus gagnera-t-il plus de peanuts ??

Blue Bottle 15/12/2007 07:25

Cela se discute, toujours plus de peanuts pour les baboins et ils vont nous faire varier le cours de la cacahuète si ça continue!

Rizla 13/12/2007 20:04

J'aime beaucoup ces gens qui ne rateraient pour rien au monde une occasion de lacher un comentaire innutile au possible. Ils font en plus preuve généralement de tellement de manque de réparti que ca en est navrant ... si blue bottle et Mr Bûche sont des frustrés etc etc etc ... vos commentaires les gars montrent que vous l'etes au moins autant en cherchant absolument à descendre les autres alors qu'il est si facile de les ignorer, chose que vous feriez certainement dans la réalité je présume.

Peu importe la véracité de ces articles, je me permet de reprendre une phrase bien connue de mon président, un peu à ma sauce; Ce blog, tu l'aimes ou tu le quittes !

Blue Bottle 15/12/2007 08:05

Merci pour votre soutien, on comprend bien votre engagement par cette magnifique citation. J'accepte avec plaisir la critique car il vaut mieux qu'on parle de moi en mal que pas du tout...

Encore un suisse 11/12/2007 21:10

Plus j'en lis, plus je penche pour l'hypothèse de l'homme frustré qui met ses fantasmes par écrit sur Internet pour se donner l'impression de vivre... Dommage.

Blue Bottle 12/12/2007 09:51

Cher ami, la frustration est l'amie de l'insatiable ambitieux, je resterais frustré tant que le monde ne rampera pas à mes pieds (ce qui risque de prendre un certain temps). Dans ce billet précis, je m'étonne que vous doutiez de mes dires, car aller dans des associations environnementales et pourrir la planète sont vraiment des actes à la portée de tous.Vous savez, j'ai assez peu besoin de reconnaissance et je tiens plus que tout à garder mon anonymat, je n'entends donc pas vous prouver la véracité de mes histoires.