Le guet-apens, et comment s’en sortir de manière classe

Publié le par Blue Bottle

Par Monsieur Bûche

plante-carnivore.jpg Vous aurez sans doute du mal à le croire, mais Monsieur Bûche, trop sûr de
lui, tombe parfois dans des pièges. Ainsi, il m’est arrivé d’être victime
d’un complot ourdi par la fourbe et fallacieuse femelle qui me mit dans une
position fort embarrassante.

Deux étudiantes étrangères, une danoise et une suédoise, sans doute séduites
par mes interventions iconoclastes en TD de relations internationales,
m’invitent cordialement à déguster des spécialités bien de chez elles.

Une fois de plus, elles fonctionnaient en binôme bombe
sexuelle / moche-à-gros-cul. Leur colocation se passait divinement bien, un
appartement tout de guirlandes-déco et autres colifichets qu’affectionne la
touffe moderne.

Elles se révèlent charmantes, et je constate une fois de plus que les
systèmes éducatifs nordiques sont infiniment supérieurs au nôtre : leur
anglais est parfait, et, chose rare, elles ne pensent pas de manière
manichéenne. Cerise sur le gâteau, la géopolitique les intéressait bien plus
que les derniers résultats de la Star Academy.

Je craignais le dîner, étant toujours extrêmement méfiant dès qu’il s’agit
de goûter des « spécialités » culinaires. Car quand on goûte une «
spécialité locale », on comprend généralement très vite pourquoi elle est
restée « locale ». Je ne m’étendrai donc pas sur les saloperies corses ou
bavaroises, au hasard.

Mais non, elles avaient mis les petits plats dans les grands, et j’ai pris
un réel plaisir à leur compagnie.

Les choses se sont corsées au dessert, lorsqu’elles ont sorti un tord-boyaux
qui ressemblait étrangement à de la Chartreuse. Or, la Chartreuse, c’est
qu’des plantes, ça peut pas faire de mal.

Nous descendons méthodiquement la bouteille, puis une deuxième. Nous
finissons ivres morts, comme il se doit, et après avoir ri à gorge déployée
des conflits des Grands Lacs (l’Afrique est aux boucheries ce que le
Cambodge est à la jambe de bois : une véritable terre promise), elles me
proposent de manière fort urbaine de rester chez elles.

N’écoutant que mon membre, je subodore immédiatement la petite partie de
triolisme, et je décide trop vite que je peux bien passer sur la moche pour
me faire aussi la bonne, qui aurait vraiment fait bander un mort.

C’est pourquoi je décline poliment l’invitation, alors que nous nous
allongeons sur un lit : je serais ravi de terminer ce passionnant débat sur
la privatisation de la guerre, mais je ne suis pas de ces hommes qu’on
corrompt si aisément, variation sur le principe du « faites ce que je dis,
mais ne dites pas ce que je fais ».

Nous finissons une autre bouteille en trinquant sous la couette à la
stupidité congénitale des Nations Unies au Sierra Leone.

Et c’est là que tout bascule : la croupe qui tenait dans une main prétexte
soudain qu’elle a « so much work to do that she really needs to go to sleep"

trap.jpg

« Que d’la gueule », pensai-je, « je te vois déjà en train de bouffer une
cramouille pendant que je te mets quelques claques pédagogiques sur le chef
d’œuvre qui te sert d’arrière-train. »

Que nenni ! Elle s’éclipsa soudainement, me laissant seul avec la danoise,
une bonne morue élevée au hareng. Je remercie pour l’hospitalité, et tombe
dans un sommeil éthylique peuplé de rêves étranges, dans lesquels je me
faisais vigoureusement astiquer la nouille.

L’ouverture d’un œil incrédule m’informe alors que mademoiselle m’a
déshabillé et est bel et bien en train de jouer expertement avec mes parties
les plus intimes, montrant une fois de plus que la moche est toujours plus
cochonne que les autres, car bien obligée de fournir un avantage comparatif
qui lui permet d’espérer garder les hommes qui se sont aventurés trop près
de sa couche.

Elle tente alors de sortir un préservatif du tiroir de la table de nuit. Or,
pour avoir la paix avec les femmes, il faut faire comme avec les tortues, et
les mettre sur le dos. Ce que je m’employai à faire, pour mieux la terminer
sauvagement en faciale, histoire d’éviter une gênante copulation

Le lendemain matin, le réveil est un calvaire : je ne reconnais pas la
chambre, et me demande ce que je peux encore bien foutre dans un endroit
inconnu, nu. La vision du visage endormi de la moche débloque le flot des
souvenirs, et le signal d’alarme : barre-toi vite, avant qu’elle tente de
prendre sa bûche. D’autant plus que sa simple vue m’a fait passer la fameuse
gaule du matin.

Je ramasse mes fringues, et tente d’ouvrir la porte sans faire de bruit.
Bien entendu, celle-ci grince, alors que je suis encore, à poil, en train de
prier pour qu’elle ne se réveille pas.

Ce qu’elle ne manque pas de faire. Elle demande d’une voix endormie : « Ow,
mais où est-ce que tu pars comme ça ? »

Pris au dépourvu, je ne trouve rien de mieux à répondre qu’un honteux
mensonge : « euh… je vais chercher les croissants !».

Me suis rhabillé dans l’escalier, avant de courir me réfugier chez moi.

Elle doit encore penser que la boulangerie était fermée…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PM 06/12/2007 23:21

Monsieur Bûche de Noêl est un grand passionné du sexe faible.

fromageplus 06/12/2007 22:10

Arf !!

Rizla 06/12/2007 20:14

Et bien mon petit Mr Bûche, je vois que tu t'y prend toujours aussi mal :D

PalerMo 05/12/2007 22:37

Je ne sais pas si la sortie à poil par la porte peut-être considérée de classe, mais le coup des croissants l'est

Grand'Pa 05/12/2007 22:11

Je veux bien te pardonner au sujet de "Miss corps de manga" parce qu'en l'espèce tu n'as pas eu besoin d'alcool de framboise pour te tapper un boudin mais la prochaine fois je veux mon copyright gros sac à foutre. :D