RéMI, c’est fini !

Publié le par Blue Bottle

Par Blue Bottle


logo-caf.gifJe me souviens que je me suis inscrit au revenu minimum d’insertion pudiquement appelé RMI vers la fin de mes études, à 24 ans et 10 mois environ. Je pus ainsi doubler mes indemnités de stage pendant quelques mois. Mon diplôme en poche je trouvais tout de suite un emploi, presque malgré moi, car j’avais prévu de traîner un peu, aux frais du contribuable. 

Quelques mois après le début de ma carrière, je reçus une demande trimestrielle d’informations. Un peu débordé, je ne m’en occupai guère pensant que l’aide se couperait d’elle-même. C’était sans compter le zèle de nos amies assistantes sociales. J’eus la surprise de recevoir une lettre un brin agressive ainsi qu’un coup de fil me sommant de clarifier ma situation sous peine de me voir privé de mon ami RéMI. Le blue bottle est généralement aussi actif qu’une physalie, il bouge assez peu de lui-même, mais voilà cette vilaine petite créature s’était jetée dans mes tentacules, j’ai donc suivi à la lettre ses consignes lui renvoyant son petit papier avec le fameux « n’occupe pas d’emploi actuellement » coché.

Six mois plus tard, la bougresse eut l’audace de me rappeler pour m’inviter à la rencontrer sous peine de suspendre mes droits. Je pris un petit RTT pour l’occasion et je me rendis à ce rendez-vous. Je craignais que la CAF n’aie découvert mon petit stratagème… En fait rien, cette jeune femme croyait réellement à l’utilité de sa fonction et se battait jour après jour pour réinsérer la lis du monde dans la société. Elle ne fut pas déçue, car c’est vêtu de guenilles que j’étais venu dans son petit bureau. Le regard hagard, je n’ai eu de cesse de lui répéter que c’était dur de trouver du travail et que la prise de mon traitement ne facilitait pas les choses. Au début, un peu méfiante, je sentis peu à peu sa pitié grandir à mon égard. Elle poursuivit notre entrevue par un petit courage monsieur Bottle, en me proposant de l'aide pour obtenir d’autres aides liées à une probable invalidité. Je lui répondais gentiment que je ne voulais pas qu’on me traite différemment des autres.

J’avais gagné, elle m’avait classé dans les sans espoir, plus jamais je n’eus de nouvelles d’elle. Mon ami RéMI et moi-même pûmes couler des jours heureux.
Mais toutes les bonnes choses ont une fin. C’est la politique qui vînt mettre fin à notre merveilleux idylle. C’est en rentrant d’une énième et pathétique réunion politique que je trouvais cette lettre qui scellerait à jamais notre divorce. C’est fébrilement, des larmes dans les yeux que j’apposais ma signature en bas de la page en ayant coché « occupe un emploi », le petit logo de la CAF semblait me dire :
- après tout ce qu’on a vécu, ça y est, tu me quittes, à peine un au revoir !

Mais voilà, la politique est une maîtresse très exigeante qui supporte mal les petits à coté. Je ne pouvais pas tomber pour une sombre histoire de RMI, j’ai donc renoncé à jamais à ces 440€ versés chaque mois sur mon petit compte !
Les mots me manquent pour exprimer la honte que j’éprouve à céder à la pression du système ! Je pense d’ailleurs que la suspension de mon RMI est une très mauvaise chose dans l’absolu puisqu’elle m’éloigne de la France d’en bas comme dirait Chirac. En m’empêchant de frauder, je suis contraint de m’écarter un peu plus du français moyen brandissant les valeurs les plus nobles tout en profitant discrètement. Les lois de la politique sont impitoyables.

J’ai pris mon engagement politique très au sérieux. Rendez-vous compte, la politique m’a rendu presque honnête !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

blueinkal 09/11/2007 22:11

bonjour bluebottle,

je me delecte devos article depuis quelques temps deja.
Je ne suis pas forcement d'accord avec vos dire parfois mais le ton est tellement bon que j'y reviens.
une chose me tracasse cependant, le rémi, c'est pas a partir de 25 ou 26 qu'on y a droit?

Blue Bottle 11/11/2007 15:47

Rémi peut devenir votre ami à partir de 25ans. Plutôt que de galérer avec des emplois étudiant, n'hésitez pas! Merci pour les compliments!

Sérénité 07/11/2007 00:41

Bonjour Blue Bottle, voilà je réalise que tu n'es pas à tes débuts avec ton blog !! j'ai parcouru quelques-uns de tes articles et vu quelques catégories et sincèrement j'ai tenté de voir un lien avec ma communauté mais rien ne reflète celle-ci. Étant donné que je partage beaucoup avec les blogueurs sur mes deux communautés et suis très présente, cela ne rejoint pas le genre d'articles qui s'y trouvent et auxquels les autres partageraient. Je pense que regarder dans les communautés dernièrement arrivées ou dans les populaires tu pourrais en trouver une qui te conviendrait beaucoup mieux. Voilà, je te souhaite bonne chance et bonne continuité avec ton blog. Merci d'avoir pensé à la mienne.

Blue Bottle 07/11/2007 11:10

Pas de problème, merci pour la réponse.

Scolopendre 06/11/2007 23:55

Je pense que c'est un juste retour des choses : l'Etat fait n'importe quoi avec notre argent alors...ce n'est que justice :)

Blue Bottle 06/11/2007 22:17

Je confesse que ce coup est très classique mais serais-je crédible aux yeux de mon public si je n'étais pas aussi passé par là?
Bien entendu j'avais besoin de cet argent, je me suis offert une bonne paire de pompes et un costard Boss avec mes 6 premiers mois. Je dois bien avoué que le reste je l'ai dilapidé dans divers broutilles. C'est étrange, j'ai une furieuse tendance à faire n'importe quoi avec l'argent de l'état... Ce doit être mon coté anarchiste qui s'exprime malgré moi!

Scolopendre 06/11/2007 20:35

c'est très classique pour qq'un ayant fait des études dans le supérieur de se faire un moment en tout cas,sponsoriser (voyages,cadeaux...) par la CAF pour se laisser vivre un peu,après de si durs études.

Je trouve cela noble et cela diminue les fuites des cerveaux ;p

Toujours est t il que frauder est devenu crimminel donc vous avez bien fait de quitter cette hospitalité outrancière d'Etat.

Une question : en aviez vous réellement besoin ?
Si non , à quoi vous a servi cet argent ? A financer votre 4x4? ou à acheter une cafetière Senseo ?