Baisodrome aixois

Publié le par Monsieur Bûche

Par Monsieur Bûche

baiso.jpgFaire des études à Aix en Provence est une sinécure : cette ville connaît la
plus forte densité de bars par habitant en France. La plus forte densité de
clitoris au mètre carré aussi.

Or,  « les femmes ont deux armes : le rimmel et les larmes ». La pouliche
aixoise se servant abondamment de la première, le prédateur tombe amoureux
une dizaine de fois dans la nuit.

De plus, les lieux stratégiques ne manquent pas. Je pense notamment à ce
petit bar/boîte dont je tairai le nom, secret professionnel oblige, qui a le
bon goût de passer Fashion TV sur 3 ou 4 écrans géants.



Résultat : la concurrence masculine est éliminée d'office, car le spécimen
mâle préfèrera toujours fantasmer sur des beautés qu'il n'aura jamais plutôt
que de se donner la peine d'entreprendre une touffe certes moins mignonne
mais réelle et qui plus est voisine.

La présence de Fashion TV virtualise ainsi toute tension sexuelle masculine,
tout en exacerbant la frustration féminine : il fait beau voir les moues de
ce cheptel de lèvres pulpeuses mais esseulées dans un microcosme peuplé
d'abrutis hagards fascinés par des courbes qu'ils ne caresseront jamais.
En un mot comme en cent, Fashion TV neutralise les bergers. Or, toute
brebis, surtout celle à gros seins, adore être guidée.

L'approche est d'autant plus facile qu'elle se résume à mettre le doigt sur
la situation : une fois sélectionné un décolleté adéquat, la première
estocade est des plus simples :

« Quelle idée étrange pour une femme de fréquenter un temple du machisme
dans lequel elle sera honteusement négligée au profit de créatures
virtuelles... »

Je souligne quand même qu'une sur deux ne comprend pas. Reformulation donc :

« C'est pas ici que tu vas te faire draguer, y'a Fashion TV... »

Et hop, la bête est ferrée. Tu passes même pour un mec fin en prime, comble
de l'ironie.
J'avoue néanmoins que la suite est souvent décevante : j'ai eu droit à
quelques perles de bêtise, comme cette aimable radasse qui commence à me
raconter sa vie. Je commente :

« Dis donc t'es loquace ! »

« Eh oh je suis pas une salope ! »

La sympathique analphabète.

Une autre à qui je case une petite citation de Sacha Guitry :

« Oh tu sais j'y connais rien en chanson française... »

Bref, on a beau aimer les femmes, y'a des limites à ne pas dépasser. Pas
avec moins de 2 grammes dans le sang en tout cas.

Les deux grammes, c'est à l’IPN, truffé d'Anglaises et d'Américaines qui
s'enquillent  comme de vilaines petites sagouines assoiffées de bière et
affamées de Français. Il suffit ainsi de payer sa girafe pour attirer
d'autres animaux tout aussi sympathiques. Les gazelles savent bien que le
lion est tapi près du point d'eau, et pourtant elles y sont dès qu'elles
peuvent.

Une petite imitation de Borat Sagdyiev, personnage ineffable d'Ali G, les
fait se sentir comme à la maison. Ca tombe bien, il s'agit justement d'y
finir.

Il y a tellement de femmes, tellement de bouteilles... et si peu de temps !
Vous l’aurez compris, il faut cueillir dès aujourd'hui les clitos de la
nuit.

Commenter cet article

Beet' 02/12/2007 23:20

@Nobody : C'est ce que je me dis parfois en écoutant M. Bûche parler ; mais rassure toi, il se renouvelle tout de même.
Ensuite, se copier soit-même n'est pas du plagiat. A moins que M. Bûche ne soit pas celui que je crois, ce dont je doute fort.

Nobody 31/10/2007 19:47

C'est un scandale !! cet article est un plagiat pur et simple !!

Quel déception Monsieur Bûche, t es plsu capable de te renouveller ?

trollprehisto 27/10/2007 06:17

Mr Buche, en tant que résident de cette belle ville d'aquae sextius depuis 7 ans je ne peux qu'abonder dans le sens de votre analyse si pointue...

PETITE MOMIE 26/10/2007 22:35

Sourire,

Monsieur Bûche Junior, si jamais je mets la main sur toi, tu auras la fessée de ta vie!

Polisson.

Bonne nuit!

PM!

Monsieur Bûche 26/10/2007 20:39

Moi, vulgaire? Ben voyons. Si je te proposais de t'ouvrir le cul comme un livre, ça, ce serait vulgaire.