Mercredi 27 février 3 27 /02 /Fév 14:47
fonctionnaire.jpg J’ai un ami fonctionnaire, j’entends d’ici vos cris d’orfraies : « Ah, berk ! Blue Bottle côtoie des petites gens ». J’en suis désolé moi-même mais chacun a ses pauvres, moi j’ai mon fonctionnaire. J’ai connu le bougre au lycée, il brillait déjà à l’époque par sa capacités à se fondre dans le décor tel le caméléon sur un arbre perché. Il avait une technique de mimétisme très impressionnante qui consistait en de lents et amples mouvements pour ne faire qu’un avec son camarade de devant. Il était de fait rarement interrogé par les prof. De tout temps il a brillé par sa transparence grâce à une solide volonté de ne jamais sortir du rang. Son ambition n’a jamais dépassé le la contemplation du monde, assis dans un siège IKEA, un verre de mauvais vin à la main. Un Jean-Foutre sans vergogne, répondant : « Keskya ? Je m’en bas les steack ! » à toute demande un peu trop pressante.

C’est en toute logique par la suite qu’il a embrassé une carrière dans la fonction publique. Il s’est battu pendant 5 ans pour obtenir un bureau dans lequel il serait seul pour pouvoir glander. Son travail est tout aussi inintéressant que répétitif : il étudie des dossiers de demandes à longueur de journées. Il use et abuse de son petit pouvoir pour asseoir sa domination sur le monde, il faut dire qu’il dispose d’une arme ultime : un tampon magique. Il a le pouvoir de dire si oui ou non un dossier est complet avant qu'ils ne passent en commission. Il valide les dossiers au compte goutte et de manière assez aléatoire, quand un dossier ne lui plait pas il le remet en bas de la pile ou le classe parmi les dossiers incomplets. Il rejette systématiquement les dossiers remplis en noir car ils sont trop « déprimant » m’a-t-il confié. Autant vous dire qu’il ne fait preuve de zèle que pour trouver les nouveaux forum de discussion sur lesquels il passe ses journées.

L’ami si tu passes dans le coin n’hésite pas à nous laisser à un petit message.
Par Blue Bottle - Publié dans : Pensées et philosophie de l'art d'être mauvais - Communauté : Vive le désordre !
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Lundi 25 février 1 25 /02 /Fév 12:22
fromages.jpg Hier matin, au marché, je remarquais que mon vendeur de fromage de chèvre habituel n’était pas au rendez-vous. A sa place se trouvait un barbu grisonnant vendant sa propre production de chèvre. Il avait tout du post soixante-huitard, à ceci-près qu’il portait à la ceinture une banane remplie de billets. Les produits étaient les mêmes que d’habitude mais les prix étaient exorbitants. Je l’interrogeai sur ses prix excessifs, qu’aucun honnête catholique n’oserait pratiquer de peur de brûler en enfer. Il me fit alors l’éloge de ses produits en m’expliquant qu’il achetait un fourrage de qualité top bio… En bon vieux baroudeur barbu, il savait que la seule façon de justifier un prix honteux était d’invoquer la sacro-sainte qualité du produit. Je décidai de creuser l’argumentaire de notre astucieux marchand. Il me sortit la totale, allant jusqu’aux pathétiques clochettes des biquettes faites par un artisan local. A mon avis, son artisan local s’appelait Chong et faisait travailler une bonne quinzaine de gosses de 12 ans dans une cave Pékin. Je n’avais rien contre le travail des enfants à fortiori s’ils ont les yeux bridés… Lassé et avide de chèvre, j’avais fini par sortir un billet de 20€, sentant l’affaire conclue il me sorti l’argument : « il veillait notamment à ce qu’elles ne reçoivent jamais d’antibiotiques ». S’en était trop, toutes ses conneries écolo avaient écorné ma patience, et puis, je n’allais tout de même pas manger des fromages de chèvres malades. Je m’éloignai alors la bourse lourde mais le cœur léger. En partant, je ne pus m’empêcher d’expliquer discrètement à ma voisine de derrière que j’avais vu les mêmes fromages au Franprix du coin, observant l’étalage d’un oeil nouveau, elle me gratifia d’un clin d’œil complice.

Vous vous dîtes que cet acte est aussi ridicule qu’inutile, mais c’est exactement ce que nous vendent les écolo au quotidien ! Imaginez que chacun d’entre nous fasse un petit pas vers la méchanceté et crache à la face d’un écolo. Notre monde serait plus gris certes, mais beaucoup plus amusant (avec 1 point de PIB en bonus) !
Par Blue Bottle - Publié dans : Petites mesquineries et autres bons plans - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 20 février 3 20 /02 /Fév 11:57
cafard.jpg Je commence véritablement à acquérir de véritables compétences de management : je donne des ordres tout en m’attribuant le travail d’autrui avec une sagacité certaine, à commencer par les rapports.

Lorsqu’on relit un document, il faut absolument s’attacher aux détails et être très pointilleux. Evidemment je me contente de reprendre l’introduction et la conclusion, je ne tiens pas à être le seul con à lire le corps d’un rapport. Quand j’ai un petit coup de blues ou que je m’ennuie, je deviens irascible. Je conspue alors ostensiblement le premier grouillot qui passe à ma portée, ce fut cette semaine le tour de mon stagiaire : Jean. Je l’ai épinglé à cause d’un copié coller hâtif dans l’intro qui ne voulait rien dire… En temps normal j’aurais corrigé moi-même car le petit traite un paquet de dossiers, il est donc inévitable qu’il reste des erreurs, mais j’avais besoin ce jour là d’incendier quelqu’un. Je lui ai donc fait un coup spécial alors que je le croisais dans un couloir :
- Dis-moi Jean, tu n’aurais pas des origines pakistanaises par hasard ?
- Euh, non pourquoi ? Répondit-il
- Alors ça te posera pas de problème de refaire ce dossier dans un français correct ! Lui lançais-je en lui jetant son dossier.
Mon dieu quelle jouissance de voir quelqu'un s’écraser face à son autorité !

Le point d’orgue de ma technique de management c’est d’offrir régulièrement des cafés, des viennoiseries et des barres chocolatées à l’équipe (mon stagiaire, l’assistante et une assistante stagiaire.
Je passe ainsi pour quelqu’un d’exigeant mais qui sait récompenser ses sous-fifres… Quand je vois leur faciès comblés en grignotant leurs friandises, je me dis que l’homme n’est finalement pas si loin du cafard. On sous-estime trop souvent le pouvoir incroyable du glucose !
J’ai constaté avec amusement que mon supérieur a voulu me jouer la même blague en tentant de me récompenser avec un bon resto, il a déchanté quand je m’en suis servi pour négocier lors de mon entretien annuel de perf pour lui réclamer une augmentation substantielle de mon bonus. Voyant qu’il ne pouvait pas me flouer même avec une cote de bœuf. Il m’a fait un petit sourire et m’a proposé 120%. J’ai accepté et l’entretien était terminé… Ma promotion s’approche enfin, je la sens, affaire à suivre.
Par Blue Bottle - Publié dans : Ecraser ses collègues au boulot - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Vendredi 15 février 5 15 /02 /Fév 12:20
Par Blue Bottle

medium_mendiante-02-wb-450.gif J’aimerais vous parler aujourd’hui d’un peuple qui m’est cher : Les Roumains. Certains représentants de ce peuple font preuve d’une telle ingéniosité au quotidien pour abuser de la gentillesse que je me sens un peu roumain dans l’âme.

J’étais dans le métro quand une mama roumaine au visage burinée par les années quêtait. Elle  traînait la patte à la façon d’un vieux cerf ayant une sauvestre fiché dans l’arrière train. S’appuyant sur sa canne, elle scruta l’auditoire. Son œil expert détecta immédiatement ma Rollex ( un modèle authentique acheté à un vendeur black sur un parking). Mon petit air de catho premier de la classe invitait une fois de plus l’étranger en mal de pitance à venir quémander auprès de moi… Bref je devais suinter le pognon et la connerie à ce moment car elle s’arrêta net à mon niveau et m’interpella d’un français approximatif :
« missieu, rifugié romanie, bisoin d’aide, j’y trouve pas travail tris courageux » en me tendant une main avide de piécettes sonnantes et trébuchantes.

Je lui répondis, affable, « mais bien entendu madame, je vais vous aider, il faut bien donner un coup de main de temps en temps ! Recontactez-moi dès demain ! » en lui tendant ma carte de visite.

La vieille femme un peu étonnée pris la carte de visite puis me remercia d’un large sourire édenté pensant avoir enfin trouvé le pigeon en or… Dans la mythologie roumaine, le pigeon en or est une sorte de Saint Graal, il n’apparaît qu’une fois par siècle selon la croyance populaire locale. L’affaire était dans le sac. En sortant de la rame, la roumaine, naguère clopinante à la limite de la paraplégie, s’offrit même le luxe d’un petit bond pour courir jusqu’au prochain wagon. J’imagine que ma gentillesse avait miraculeusement pansé ses maux.
La petite jeune fille assise en face de moi me fit alors un grand sourire, rassurée. Il existait encore des gens biens dans ce monde de brutes. Si j’en avais eu le temps j’aurais bien fait connaissance pour lui expliquer mes rêves de petite maison dans la prairie, mais une réunion politique m’attendait au bout du chemin. J’avais fait le bien en mettant un peu de bonheur et de chaleur humaine dans les cœurs d’une mendiante et d’une jeune fille en fleur. La vile chenille avait enfin laissé place à un beau papillon : j’étais devenu Michael Knight, un chevalier des temps modernes… Ou pas !

k2000.jpg

























Pour l’épilogue, je dois vous avouer que la carte de visite offerte à la mendiante n’était pas la mienne. Elle appartenait à un connard de client : ce bougre avait eu l’audace de me faire miroiter la voie lactée avant de me proposer un tas de fumier : voilà une offense dûment châtiée.
Par Blue Bottle - Publié dans : Pensées et philosophie de l'art d'être mauvais
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Vendredi 15 février 5 15 /02 /Fév 09:39
Par Blue Bottle







Certains de mes lecteurs me disaient que je n'arrivais même pas à la hauteur d'un voleur de stylo, cette petite vidéo illustre bien qu'ils avaient raison. Laissez-moi un peu de temps avant d'arriver à un tel niveau de classe! J'aime beaucoup le naturel avec lequel Nicolas récupère l'objet de son désir. Cela étant dit, Monsieur Sarkozy doit encore progresser avant que je puisse lui décerner le titre tant envié d'ordure d'honneur.
Par Blue Bottle - Publié dans : Petites mesquineries et autres bons plans - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 12 février 2 12 /02 /Fév 16:06
Par Blue Bottle

costard.jpg Je me suis récemment rendu aux soldes pour profiter d’affaires exceptionnelles (* jusqu’à –70%), c’est en tout cas ce que me promettait la devanture du grand magasin. L’agencement impeccable de ces magasins leur donne une atmosphère propice à attirer la donzelle certes, mais rebute le mâle dominant que je suis. Il était manifeste que ce monde factice n’avait été agencé que pour tenter d’extraire quelques-uns uns de mes précieux euro.
Je décidais de dépasser cette première impression pour me concentrer sur la recherche d’un nouveau costard qui pourrait en mettre écraser quelques collègues bien arrogants dans leurs Hugo Boss dégriffés. Mon regard croisa soudain celui d’une responsable de rayon bien sympathique, du genre mannequin de chez Elite faisant des heures sup’. Tel le prédateur affamé je me dirigeai d’un pas décidé vers la belette esseulée. C’est alors qu’apeurée, sans doute par la superbe de ma prestance, la bête fit mander un de ces grouillots pour qu’il s’occupât de moi… Il s’agissait d’un estranger courtaud et ventripotent. Je faillis être séduit par l’ambiance « coloniale » qui régna l’espace d’un instant, mais voilà, le petit bonhomme dans son costume bon marché manqua à tous ses devoirs de déférence et me ramena bien vite à la triste réalité. Déçu, je pris alors un malin plaisir à choisir un vocabulaire fleuri et relativement incompréhensible pour qualifier mon futur costume.

- Je cherche un costume à la fois trendy et smart. Pour le tissu je pensais à un élégant pinstripe. Vous voyez quelque chose d’un peu sobre qui ne fasse pas trop parvenu et qui puisse me permettre de conforter ma prestance tout en conservant flegme et nonchalance. Lui lançai-je d’un ton UMPiste à la limite du Jean Sarkozy.

Les yeux du rastaquouère trahissaient sa détresse à chacune de mes exigences mais il finit par me proposer au pifomètre un quelconque costume à larges rayures : une merde italienne bien clinquante. Me prêtant au jeu, je l’enfilai et je décidai alors de faire un petit cadeau à l’être qui aurait l’indécence d’acheter cette guenille: en tirant délicatement sur la poche je pus glisser un malabar goût bubble gum, dont je sais par expérience qu’il s’incruste au plus profond des fibres. M’esclaffant bruyamment sur le « conseil merdique » que le vendeur m’avait prodigué, je m’éloignai rapidement, le sentiment du devoir accompli…
Par Blue Bottle - Publié dans : Petites mesquineries et autres bons plans - Communauté : Vive le désordre !
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 7 février 4 07 /02 /Fév 11:45
Par Blue Bottle

lion.jpg Planète : Soleil
Planète en exil : Saturne
Elément : Feu

Signe de feu, vous commencez à chauffer votre entourage. N'aimant pas les demi-mesures et animé par votre idéalisme, vous avez tendance à trop user de votre autorité et faites même parfois preuve d'intolérance.

Orgueilleux, imbu de votre personne et égocentrique, vous croyez être aimé mais détrompez vous : les autres font semblant pour avoir la paix.

Pour servir vos ambitions, vous ne renâclez pas à la tâche, bien au contraire : vous jouissez d'humilier les autres ce qui fait que vous êtes, comme tout Lion qui se respecte, les rois des connards et des enfoirés.

Vous êtes un leader naturel, mais vous n'avez réussi qu'en écrasant les autres et en crachant votre venin. Vous êtes arrogant et vaniteux, et encore ce ne sont ici que vos qualités. Pour les défauts, je ne préfère pas en parler. La plupart des Lion finissent ministres ou bien ils sont assassinés par des ex-collègues.

Cette nouvelle année vous apportera bonheur et prospérité professionnelle : votre supérieur aura un malheureux accident de la route.

Lion célèbre : Napoléon


Pour d'autres signes c'est ici
Par Blue Bottle - Publié dans : Pensées et philosophie de l'art d'être mauvais
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 5 février 2 05 /02 /Fév 16:22
Par Blue Bottle
cesar.jpg Mes très chers amis, je vous le contais dans un de mes derniers billet : je viens de faire l’acquisition d’un nouveau stagiaire. Une fois n’est pas coutume, j’ai choisi un homme pour m’épauler dans ma lourde mission. Je ne suis pas devenu soudainement homosexuel mais j’ai décidé de changer de stratégie, je n’avais de toute façon pas le choix : le fait est que la seule candidate attirante m’avait avoué être maman. L’ayant assuré que cela ne posait aucun problème je m’empressais de ne pas la recontacter.

Je sens de plus en plus la promotion poindre au bout de mon chemin et il me faut désormais mettre les bouchées doubles... Ou en tout cas en donner l’impression ! C’est dans cet esprit que j’ai décidé de commencer à constituer ce que j’aime à appeler « ma garde prétorienne » : une équipe de stakhanovistes serviles à souhait qui pourrait me propulser vers les sommets. Pour commencer, j’ai pris soin de choisir un jeune homme aux canines acérées, il veut bouffer le monde ce charmant bambin… Tant mieux ! En attendant il bouffe du dossier à la chaîne, ça devrait le combler pour un petit bout de temps. Je lui parle sans arrêt d’un hypothétique poste qui devrait s’ouvrir en 2009 et je vois à chaque fois ses petits yeux s’illuminer, j’en serais presque ému. Pour le récompenser de tout ce travail, j’ai commandé un ordinateur portable pour lui, il va même pouvoir emporter des dossiers dans son studio pourri ! Que demande le peuple ?!?

J’avais short-listé 3 jeunes hommes pleins d’ambition, j’ai beaucoup hésité à prendre celui qui avait falsifié un de ces diplômes car je me sentais des atomes crochus avec lui. Mais prétendre avoir un MBA HEC à 24 ans était vraiment trop audacieux. J’ai finalement choisi le plus utile pour moi : celui qui disposait d’une belle 407. A chaque rendez-vous à l’extérieur il me conduit, je ne manque pas de lui expliquer que je fais ça pour lui apprendre le métier alors que vous comme moi connaissons la réponse : j’aime me pavaner dans un bonne bagnole. Je dois avouer que je suis loin de regretter mon choix.
Par Blue Bottle - Publié dans : Ecraser ses collègues au boulot - Communauté : Vive le désordre !
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 29 janvier 2 29 /01 /Jan 12:15
Par Blue Bottle

icar.jpg Lorsqu’on est un ambitieux à la limite de la mégalomanie, il faut arriver à comprendre les moteurs de ses collègues et supérieurs… Il s’agit ensuite de placer sur le sol quelques morceaux de fromage pour que tous les ratons avancent dans la direction voulue croyant tomber sur une réserve de gruyère.
Mener votre troupeau vers des rêves plus beaux, n’est pas une mince affaire car si rat aime le fromage, il n’en est pas moins intelligent et ne doit pas être pris pour plus bête qu’il ne l’est. Le bon mythomane se doit donc d’être précautionneux et de respecter la loi du 80/20 : 80% de vérité pour 20% d’esbroufe et de cerises sur le gâteau. En ne respectant pas ce quota, on vous range inéluctablement dans la catégorie des arracheurs de dents et s’en est fini de vous et de votre si belle carrière. Pour illustrer cette leçon j’aurais aimé vous parler de Jérôme Kerviel capable de détrousser la Société Générale d’un petit clic de souris, mais les éléments me manquent. Connaissez-vous en revanche la merveilleuse histoire de Jean-Paul Ney ?

Ce monsieur, naguère professeur de sport, est devenu un des plus grands journalistes spécialistes de la défense que la France ait porté. Son CV est d’ailleurs imposant, il a écrit de nombreux livres sur la défense nationale, travaillé pour France 2 et Canal + et j’en passe et des meilleurs. Mais voilà le bougre a eu le malheur de se fâcher avec un autre journaliste, Antoine Champagne qui s’est mis à fouiller systématiquement la vie de notre bonhomme. Un procès s’en est suivi et a pu mettre en évidence la mythomanie chronique de Monsieur Ney en particulier :

- Son CV, quand plusieurs de ses proches collaborateurs se souviennent vaguement de lui en assurant qu’ils n’ont jamais travaillé avec lui.

- Sur ses sites Internet où il va jusqu’à étoffer son équipe avec des experts imaginaires à base de Google image.

- Son dernier livre est préfacé par Nicolas Sarkozy, alors qu’il s’agit d’un copié collé d’un discours de notre brave président.

Je pensais qu’avec une telle audace, le bougre était totalement enterré, mais voilà qu’aujourd’hui, ce grand reporter réapparaît sur la scène médiatique emprisonné dans des geôles africaines après une tentative de coup d’état en Côte d’Ivoire. La plupart des grands médias se sont empressés de reprendre au premier degré la plaidoirie des autorités d’Abidjan : Jean-Paul Ney serait une affreuse barbouze française qui roulerait pour Coulibaly Ibrahima alias IB, un opposant local. En tant que spécialiste es pipeau, je tiens à tirer mon chapeau à monsieur Ney… Qui a réussi à devenir le Bob Denard du 21ème siècle.
Ayant une si « belle » réputation sur le net et un casier judiciaire, je me demande encore comment un homme censé peut-il imaginer une seconde que Ney ait été recruté par les services secrets français ?

Je crains malheureusement que ce confrère, un peu trop pressé, en soit à son baroud d’honneur : tel Icarus, il était à deux doigts de toucher le firmament… Attention, la chute risque d’être bien rude l’ami !
Par Blue Bottle - Publié dans : Pensées et philosophie de l'art d'être mauvais
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 25 janvier 5 25 /01 /Jan 15:42
Par Blue Bottle



La saison politique commence à reprendre du poil de la bête. Etant moi-même engagé à mon modeste niveau dans ces élections, promettant la lune à quiconque se propose de voter pour ma liste, l’ordure que je suis se devait de rendre un hommage à un homme qui a su rester exemplaire tout au long de sa carrière. Il constitue pour moi un modèle qui a réussi maintenir son action dans une honnêteté intellectuelle et une droiture abracadabrantesques. Je veux bien entendu parler du grand Président de la République Jacques Chirac.
Par Blue Bottle - Publié dans : Pensées et philosophie de l'art d'être mauvais - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : L'art d'être mauvais
  • L'art d'être mauvais
  • : Blue Bottle: Altruiste? Moi Jamais! Tout le monde n'est pas pétri de bonnes intentions et j'en suis la preuve vivante. Contactez moi sur artmauvais@gmail(.com) Monsieur Bûche: Le bon goût incarné, il travaille dans le prêt-à-poutrer. Monsieurbuche@hotmail(.fr)
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

RSS

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus